Nos débuts au Humane Agrarian Centre (HAC)

Retour MENU

Cette ferme n’a rien à voir avec notre première étape indienne, Binsar Valley River Camp. Nous sommes maintenant à Banda, petite ville de l’Uttar Pradesh de 1,3 millions d’habitants. Et oui, c’est petit pour l’Inde ! Il faut dire que cet Etat possède deux fois la population française. Banda est située à proximité du Gange, principal fleuve du nord de l’Inde. En fait, le Gange prend sa source au pied de l’Himalaya dans le nord-ouest du pays. Il traverse ensuite la totalité du nord de l’Inde, d’ouest en est, en empruntant la longue plaine qui sépare la chaîne Himalayenne du plateau indien (totalité de la moitié sud du sous-continent). Le Gange irrigue et rend fertile toutes les terres de cette plaine.

Nous sommes arrivés le dimanche 27 octobre au Humane Agrarian Center après trois bons jours de voyage. Prem Singh est l’agriculteur qui nous accueille. L’HAC est la partie éducative du Manwiya Shiksha Sansthan (MSS), nom du groupe d’agriculteurs biologique local. Face à l’indifférence des pouvoirs publics vis-à-vis des questions agricoles et de la dangerosité de la révolution verte, Prem et ses amis ont décidé de prendre leur destin en main en formant d’abord le MSS puis l’HAC.

L’union fait la force

Ces agriculteurs de Banda se sont réunis pour ensemble être autonome et indépendant. Se faisant, peu importe les décisions gouvernementales, peu importe la volatilité des prix agricoles, peu importe les prix des intrants chimiques etc. Depuis plus de 10 ans, ils s’organisent pour être indépendant des facteurs extérieurs qu’ils ne maîtrisent aucunement. Pour se faire, ils ont créé un système d’interdépendance entre les membres du groupe. Ensemble, ils produisent une diversité de biens et de services qu’ils auto-consomment. D’autre part, ils vendent leurs surplus de productions sur le marché local et global. Ils ont aussi implanté une activité de transformation de leurs produits. Comme le dit Prem : « les prix des matières premières agricoles sont fixés par le marché, en transformant, nous créons une matière différente avec une valeur ajoutée. Nous avons alors la liberté de fixer un prix juste pour nos produits ».

Ce diaporama nécessite JavaScript.

En parallèle, ils prônent pour une agriculture proche de la nature qui permet à l’agriculteur de vivre et à la communauté de s’épanouir. Ils souhaitent avant tout maintenir une activité attractive en milieu rural pour stopper l’hémorragie causé par l’exode rurale (l’Inde est passée de 85% d’agriculteurs en 1947 à moins de 50% aujourd’hui).

Pour ce qui est du mode de production, le groupe a créé l’Avartansheel Kheti (Periodic Proportionate Farming en anglais). Ils s’enrichissent des enseignements passés, refusent les produits de l’agriculture moderne (mais accèdent les connaissances) et expérimentent de nouvelles façons de faire. Prem et ses amis vont plus loin que l’agriculture biologique et tentent de créer une agriculture « naturelle » en quelque sorte.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Le MSS est l’exemple concret d’une forte intégration entre plus de 20 agriculteurs d’une localité. Ils forment un centre alternatif attractif et crédible. Ce groupe a récemment diversifié ses activités par la création de l’HAC. Ils hébergent de l’enseignement, un musée sur l’histoire agraire de l’Homme et des groupes de réflexion sur l’agriculture et la vie durable. Ils ont déjà organisé deux sessions d’enseignements gratuits de cinq jours (hébergement et nourriture gratuite aussi !) en deux ans. Sur cette période, ils ont accueilli plus de 5 000 visiteurs. On peut parler de succès.

Beaucoup de choses à voir et de gens à rencontrer !

Deux jours après notre arrivée, nous avons eu la visite de Vinod Bhatt. Il est directeur du mouvement agricole alternatif Navdanya initié par Vandana Shiva, figure emblématique de la réaction indienne face aux conséquences de la révolution verte. Il est resté trois jours parmi nous. Le premier, je l’ai interviewé. Le second, nous avons visité le projet de réhabilitation agricole d’un site historique et parlé de la banque de semences locale. Nous avons aussi visité les fameux temples de Khajuraho. Le troisième, nous sommes allés au rendez-vous annuel agricole du district Banda où Vinod est intervenu et où nous avons été invité à siéger sur l’estrade.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Nos amis indiens posent toujours quelques questions lorsqu’ils rencontrent un étranger : d’où viens-tu, que fais-tu dans ton pays d’origine et en inde, comment trouves-tu l’Inde etc. ? Ils sont très curieux et voudront toujours vous inviter à leur table pour vous offrir thé et repas en échange de votre présence. Leur intérêt est accentué lorsqu’ils apprennent que j’ai pour projet de rencontrer des agriculteurs locaux, découvrir façon de faire pour ensuite valoriser ces expériences innovantes.

Ainsi, nous avons été les invités d’honneur à chaque occasion qui se présentait. Nous sommes montés sur l’estrade à côté du magistrat en charge du développement agricole et de chercheurs. Nous sommes invités en permanence à manger avec les agriculteurs locaux. Nous avons eu une place privilégiée lors de spectacles de Dipawali (nouvel an indien) qui a eu lieu le 3 novembre. Nous avons même dû dire quelques mots sur nous et notre ressenti au micro face un petit millier de personnes. Les boules !

Un peu de travail

Nous savons désormais que le WWOOFing en Inde n’est pas le WWOOFing de l’Australie. Ici, les paysans aiment accueillir, vous faire partager leurs quotidiens et vous faire visiter autant que possible. Nous passons notre temps à divertir la population locale en quelque sorte. Nous sommes invités régulièrement à manger. On nous propose des visites et balades.

Finalement, nous avons passé deux matinées à épandre des fientes de volailles à la main. Nous avons participé à des évènements agricoles, ce que je considère comme du travail car concerne mon projet. Nous nous affairons maintenant à la création d’un site internet pour l’HAC. Ce travail me convient car, en plus de répondre à un besoin de Prem, je vais en savoir plus sur leurs activités. Nous allons aller à la rencontre des agriculteurs du groupe, participer aux activités importantes de la ferme (préparations de fertilisants par exemple) et demander à Prem de nous en dire plus sur l’HAC. Impeccable !

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Notre passage ici s’annonce enrichissant d’autant que Prem possède un grand réseau. Je lui ai donc demandé s’il connaissait des agriculteurs entre Banda et Dewas, ma prochaine destination. Ainsi, je pourrais rencontrer un agriculteur ou un autre groupe lors de mon trajet.

Une nature riche

La ferme où nous sommes regorge de vie. Nous vivons entourés de vaches et de buffles de races locales. Ces animaux sont utilisés pour la production de lait et sont supers !

Nous avons aussi une famille d’écureuils vivant à proximité des bâtiments. Pas un jour ne passe sans les voir se balader d’arbres en arbres.

De même, il y a une importante communauté d’oiseaux dans les parages. Il faut dire qu’il y a aussi beaucoup de chenilles. C’est le festin tous les jours.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Bientôt, je vous parlerais de l’agriculture locale proposé par le MSS !

La bise

Retour MENU

Publicités

About terredinitiatives

Terre d’initiatives est une association fondée par des ingénieurs en agriculture. Elle a pour objet d’apporter un soutien technique et financier à des projets de voyage sur des thèmes de l’agriculture. Ces projets doivent donc être centrés sur la rencontre d’hommes et de femmes proposant de schémas de production et/ou de développement agricole innovants, originaux et plus globalement durables (sains, viables et équitables). Ces projets doivent être à l’initiative de jeunes diplômés ou de jeunes actifs issus d’écoles d’ingénieures en agriculture. Il est préférable qu’ils soient portés sur un voyage à l’Internationale et qu’il y ait des retombés locales (communication auprès de partenaires agricole français). Les membres du bureau sont : Joachim Duté (président) Lise Luczak (vice-présidente) Alexandre Vaillant (vice-président) Antoine Pineau (chargé de communication) Anaëlle Duté (trésorière)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :